Une nouvelle ruelle verte donnant sur la place Valois a vu le jour cette année, avec le soutien de l’Éco-quartier et l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve. Les citoyens-nes de la ruelle rebaptisée ‘’Jardins Valet’’ ont aussi travaillé ensemble pour la réalisation de nouvelles murales dans leur ruelle. À la hauteur de leurs espérances, les citoyens-nes rêvent maintenant de poursuivre sur cette lancée et de créer une ruelle chaleureuse et attractive, qui deviendrait au fil du temps un véritable musée d’œuvre d’art à ciel ouvert.

Comme les nombreuses ruelles vertes qui ont vu le jour cette année, la ruelle « Les Jardins Valet » est née de l’initiative citoyenne et a notamment été rendue possible grâce à l’appui de l’Éco-quartier MercierHochelaga-Maisonneuve. Située juste à côté de la place Valois dans Hochelaga-Maisonneuve, cette ruelle est dynamique à l’image des personnes qui y vivent. Elle s’est donc organisée en plusieurs sous-comités afin d’aménager et verdir la ruelle, mais aussi d’amener des évènements festifs et de la colorer avec des murales. Malgré la pandémie en cours, le confinement et les mesures sanitaires, l’année a été très animée aux Jardins Valets : un début de saison lancé par l’invitation de la chasse balcon, la création de deux nouvelles murales avec la participation des enfants de la ruelle pour peindre des bulles au sol, la plantation de végétaux et récemment la création d’un parcours ludique pour fêter Halloween tout en maintenant la distanciation sociale!

Suzie, une habitante de la nouvelle ruelle verte reconnaît «qu’on voit un engouement dans Hochelaga pour l’art urbain et les murales». En plus de verdir la ruelle et de rendre sa place à la nature en ville, il semblait donc assez naturel pour certains-es habitants-es d’y afficher aussi des murales pour la colorer et l’égayer. Il en existait déjà une du côté sud de la ruelle, réalisée par l’artiste Nancy Isabelle Labrie, que des résidents avaient commandée sur le mur de leur garage en 2019. Cette murale très lumineuse et douce représente un personnage féminin dans un paysage naturel, notamment avec un oiseau et des végétaux.

Murale réalisée en 2019 par Nancy Isabelle Labrie @nancyisabellelabrie

Cette année avec la création de la ruelle verte et d’un comité de murale, une autre artiste s’est jointe au projet, River June. Par son travail, elle a finalement obtenu l’adhésion d’une majorité de résidents-es et propriétaires pour embellir la ruelle avec de l’art urbain. Le sous-comité dédié a ainsi opté pour réaliser des murales ayant pour thème la nature et les oiseaux. Ainsi en continuité de sa murale, Nancy Isabelle Labrie a peint sur l’autre façade du garage cette année, dans le cadre d’un projet commandé par des résidents de la ruelle. Cette nouvelle œuvre très lumineuse représente des colibris dans un paysage naturel.

Murale réalisée en 2020 par Nancy Isabelle Labrie @nancyisabellelabrie

 

De plus, avec le soutien de Y’a QuelQu’un l’aut’ bord du mur, River June a réalisé une nouvelle murale dans la ruelle représentant un beau colibri en plein vol, sur un mur visible depuis la place Valois.

Murale réalisée par River June

La plantation des végétaux ayant été tardive dans la saison, Suzie rapporte que la réalisation des murales a permis aux citoyens-nes de rester mobilisés-es, et a été un moment agréable d’échanges et de rencontres dans ces temps de pandémie. Que ce soit pour prêter du matériel, porter une échelle, aider à nettoyer les pinceaux, les citoyens-nes de la ruelle étaient là pour soutenir les artistes. Les liens se sont tissés entre les résidents-es pour la création de la ruelle verte et les artistes, avec qui les citoyens-nes ont beaucoup échangé. Les enfants et leurs familles ont été heureux et fiers de participer et peindre des bulles au sol, en continuité de celles peintes sur la murale.

Depuis la réalisation de ces murales aux Jardins Valet, « un grand sentiment de fierté s’en dégage » déclare Suzie. D’après elle, les résidents-es aiment les murales, car elles embellissent et égayent le quartier. Ce sont devenus des lieux où les résidentes-es de la ruelle, des passants et des habitués de la place Valois ont pu se rencontrer à l’extérieur. Certains avaient même prévu de déménager, mais avec le dynamisme de la nouvelle ruelle verte, la peinture des murales, ils sont restés. « Ce sont des éléments qui nous enracinent dans le quartier », ajoute Suzie.

Pour la suite, les citoyens-nes aimeraient continuer à embellir leur environnement et poursuivre avec d’autres œuvres. Plusieurs d’entre eux aimeraient que leur ruelle devienne un véritable musée à ciel ouvert, à l’image des « Winwood walls » dans le quartier célèbre de Miami.

Related Posts